Burkina Faso

Le Larlé Naaba Tigré, député à l’Assemblée nationale du Burkina, dans le cadre de ses activités de lutte contre la pauvreté, vient d’initier un projet de culture du jatropha, une plante aux multiples vertus. La cérémonie de lancement a eu lieu, le mardi 12 février 2008, au site pilote du village de Bantogodo, localité située à une soixantaine de kilomètres de Ouagadougou.

"En 2004, lorsque j’ai reçu le 1er Prix de production de fourrage à la Journée nationale du paysan à Gaoua, je me suis demandé ce que je devrais faire encore pour mériter cette distinction. C’est ainsi que l’idée de développer cette culture du jatropha m’est venue à l’esprit. Par la suite, j’ai rencontré des compatriotes et un Allemand qui s’intéressaient au sujet.

Puis récemment, j’ai effectué un voyage en Allemagne pour visiter une firme de transformation des produits du jatropha. Cette plante est une manne pour l’Afrique..." ainsi s’expliquait le Larlé Naaba Tigré qui compte développer cette espèce végétale locale dans son verger de Bantogodo. Appelée "Wabn bâgma" (mange-moi pour me connaître en langue mooré), le jatropha curcas est une plante locale adaptée à la situation environnementale et climatique du Burkina.

Il peut être utilisé comme arme dans la lutte contre la désertification, car c’est une espèce qui repousse les insectes ravageurs, qui lutte contre l’érosion du sol au travers des vents et qui aide à stagner les eaux de ruissellement. Les haies de jatropha impropres à la consommation animale protègent les jardins contre les animaux et son tourteau contient une grande valeur fertilisante pour le sol.

L’Association Belwet dont le Larlé Naaba est le président travaille en synergie avec la société Nature Tech Afrique (spécialisée dans le secteur des énergies renouvelables) et la firme allemande de biodisel D.B.D. (Deutsche Bio Diesel) pour transformer le tourteau des graines de jatropha en aliments pour bétail en vue de rendre encore la filière prometteuse dans notre pays.

Le Larlé Naaba Tigré a indiqué que la stratégie d’intervention du groupe Belwet-Nature Tech Afrique-D.B.D. consiste, entre autres, à récupérer des sols dégradés en plantant le jatropha, développer un marché rural de consommation d’huile pure de jatropha, promouvoir l’utilisation de cette huile comme combustible domestique pour la cuisson des aliments afin de diminuer l’utilisation du bois, développer la fabrication de savon à base d’huile de jatropha et procurer des revenus additionnels aux paysans.

Le Tigré a donc lancé un appel aux autorités afin que la culture de cette plante se développe comme en Inde où elle est utilisée depuis plus d’un siècle. Encore une fois, le ministre du Moogho Naaba s’illustre dans la lutte contre la pauvreté. Mais, soutient-il toujours, "Mes activités s’intègrent dans le cadre du Programme du président du Faso, Blaise Compaoré".

Comments